Fuji X100s – mon précieux

Comment le Fuji X100s est-il devenu mon précieux, mon boîtier préféré ? Aujourd’hui, je vais revenir sur ce compact expert qui n’a rien à envier à un reflex numérique.
Alors que je commençais à définir mes domaines photographiques de prédilection (photos de paysages et photos de rue), je me heurtais à un problème de taille pour de la photo de rue, la discrétion. En effet, se positionner discrètement avec un reflex numérique n’est pas chose facile. Que ce soit pour l’ergonomie ou pour les photos volées.
Étant donné que ce que j’aime en photo de rue c’est d’être au contact du sujet et pas à 10 m au téléobjectif, j’ai cherché une solution.
J’ai d’abord regardé ce qui était utilisé chez les photographes les plus reconnus, du Leica… puis j’ai regardé ce que proposé la concurrence. En recoupant ces informations, je me suis arrêté sur le X100 de chez Fuji.

Présentation

Je ne vais pas m’étendre sur mon choix pour le x100s par rapport aux autres compacts experts du marché. Je ne cherche pas à posséder le meilleur boîtier en croyant faire les meilleures photos avec, sinon j’aurais un 5D markIII. (j’exagère, j’aime la performance, mais elle ne fait pas tout)
Ce qui a compté dans mon choix a été le feeling, la politique de la marque et bien sûr l’ergonomie.

Place à la présentation de ce bijou !

  • le design.

Comme on peut le voir, le X100s est très compact par rapport à son niveau de performance. (Aussi performant qu’un reflex à mon sens)
Il a un look rétro, que j’adore. Ce côté vintage lui donne un camouflage naturel en photo de rue.

Fuji X100s - devant
Les gens le confondent souvent avec un appareil argentique ou n’y prête même pas attention. C’est la qualité principale que j’attendais de lui.
  • la performance

OK il est beau et discret, super ! Et sinon t’as mon iPhone qui l’est aussi, arrêtes de te la raconter !
J’ai déjà eu cette remarque, effectivement, si on part du principe que ce n’est pas l’appareil qui fait la photo, c’est vrai. C’est dire à quel point cet appareil peut paraître commun, alors que non.
En effet, ce boîtier permet de contrôler complètement et facilement le triangle d’exposition avec une ouverture de f22 à f2, donc performant en basse lumière sans flash, sa vitesse va du bulb à 1/4000 donc utilisable aussi bien en sport qu’en pose longue et ses ISO vont de 200 à 6400, ce qui suffit largement. Enfin la compensation d’exposition de +-2 EV est sous la main.

Fuji X100s - Dessus

Pour continuer avec les comparaisons par rapport à un reflex, on retrouve les mesures de lumière classique (spot, matricielle, pondérée centrale) af-s, af-c, mise au point manuelle. Le format RAW. J’en passe et des meilleurs, un vrai boîtier reflex !

Fuji X100s - Back

Alors, quelles sont les plus et les moins de cet appareil pour moi:

Mes plus.

  • La Taille
  • Le poids
  • L’encombrement
  • La discrétion
  • Le côté vintage
  • Les performances
  • La solidité (il est déjà tombé…)
  • L’ergonomie
  • Les simulateurs de film (vision d’un post traitement directement à la prise de vue)
  • La visée multiple (œil+électronique)
  • La focale fixe 23 mm pique

Mes moins.

  • La précision AF, surtout en basse lumière
  • La focale fixe (polyvalence)
  • La prise en main a été compliquée

Domaine d’application.

Vous l’aurez compris, j’utilise le X100s en photo de rue, mais étant donné sa compacité et ses performances, il ne me quitte jamais en déplacement, ainsi que mon tripode, je fais donc aussi beaucoup de pose longue et des photos de paysages grâce a lui.

D’autres exemples sur ma galerie ou directement sur Flickr

Conclusion

S’il ne devait en rester qu’un, même si je n’aimerais pas avoir à faire ce choix un jour.., ce serait lui.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 13 autres abonnés

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *