Comment je suis passé chez Fuji ?

Comment je suis passé chez Fuji ?


  • Petite histoire, la genèse 

Comme je l’explique sur la page « À propos » je suis venu à la photo sur le tard. Mon premier réflex numérique était un cadeau et je n’ai donc pas pu faire ce que je fais à chaque fois que je fais un achat, à savoir me renseigner pour faire le meilleur choix possible. Ma joie était telle que je ne me suis focalisé que sur les photos que j’allais faire l’après-midi même avec mon nouveau joujou ^^ (en mode Auto évidemment)

Un Pentax K30 avec les objectifs du pack : un 18-55mm et un 50-200mm

Belgodère - Corse - K30

Ile Rousse embarquement - Corse - K30

J’étais ravi. Je passais d’un monde plat à un univers plein de reliefs.

Après quelques semaines, je me suis retrouvé bloqué, dans plusieurs situations, sans savoir pourquoi. Le résultat ne me convenait pas. (Contre jours, profondeur de champ, autofocus, grain…) J’ai donc vu la limite du mode Auto et j’ai commencé ma formation, en autodidacte. (Merci YouTube)

Je reviendrais sur, comment je me suis formé ? Dans un autre article.

Après avoir étanché ma soif de savoir sur la photographie et la technique photo, j’en suis venu au matériel. (Je ne dis pas que je sais tout, j’apprends tous les jours)

Je suis le premier à dire que ce n’est pas l’appareil photo qui fait le photographe, mais avoir un matériel adapté à ces besoins, ça aide..

J’ai donc investi au fil des années et de mes besoins dans du matériel Pentax. Frustré, je l’avoue, par le vide en matière de boîtiers plein format et de l’encombrement du matos.. (Le k1 est sorti entre temps..)

Pendant près de 2 ans tous se passe bien dans mon évolution pour tendre à devenir un meilleur photographe, mais, en 2015, deux drames me coupent dans cet élan.

Début d’année, le disque externe qui stocke tout mon travail me lâche. Je perds 90 % de mes données. J’en récupère une partie, mais je dois faire le deuil de plusieurs de mes reportages… J’évoquerais dans un futur billet ce que j’ai choisi de faire pour ne plus revivre ça.

Deuxième drame, en mai. Alors que je commençais à prendre du plaisir avec mon K3 monté avec le grand-angle 12-24mm de la marque, l’océan me le reprend. (juste après ce cliché une vague emmène avec elle mon trépied et le K3 posé dessus)

Couché de soleil a Nazaré - Portugal - K3

Après ces 2 gifles, je me pose 2 minutes avec des questions plein la tête. Cela peut paraître exagéré, mais je ne souhaite à personne de vivre ça. Ce sont des heures de travail et de recherche envolées, suivi d’une mort par noyade à 1500 €.

Heureusement, dans mon malheur je parviens à me faire rembourser plus que le prix de l’appareil + objectif. Deuxième coup du destin, avant ce mois de mai funeste, j’avais fait l’acquisition du Fuji X100s qui pendant ce séjour au Portugal, ne devait être qu’un appoint au Pentax. Il est devenu alors ma bouée de sauvetage et mon meilleur ami. N’ayant, en fin de compte, rien à envier au K3 avec une focale fixe équivalente…

Solitude

Fin de l’histoire Pentax. Début d’une nouvelle histoire chez Fuji.

  • Réflexion sur le matériel

Après un certain temps passé à faire des photos, j’avais fait le choix d’avoir 2 boîtiers. Un pour la partie reportage avec un 35mm et l’autre pour les focales moins polyvalentes avec ou sans filtres associés. Pour ma part, j’avais les K30 et K3 de chez Pentax. Mais déjà à cette période je trouvais l’encombrement lourd. Et pas très discret .. J’avais donc pris la décision de remplacer mon second boîtier (K30) par une solution plus compact. Mais, je voulais garder toutes les libertés d’un réflex, Mode M, Av, Tv, B, etc. Le résultat évident pour moi à l’époque a été le Fuji X100s. Après la perte de mon gros réflex Pentax K3, j’ai décidé de passer 100 % chez Fuji avec le XT-1 pour continuer mes projets sur les paysages.

Pour conclure, je dirais que depuis que je suis chez Fuji, j’ai gagné en poids, en encombrement et en discrétion. (Surtout pour la photo de rue avec X100s) Je pense avoir misé sur l’avenir avec des boîtiers sans miroir.

Pour ce qui est des défauts de la marque. Il est certain que je n’aurais jamais la qualité d’un boîtier reflex lumineux plein format (encore que !)  de plus le parc des objectifs et Flash reste encore limité. (des objectifs sortent de plus en plus souvent)

Même avec ces défauts je garde en tête que ce n’est pas l’appareil qui fait le photographe. À nous d’exploiter au mieux les performances de nos appareils en fonction des situations, même un Canon 5D mark III ne le fera pas pour vous.

X revolution

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 10 autres abonnés

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *